Voyage au Centre des Arts

Interview de Philippe Garenc réalisé par le Centre des arts de l’École Internationale de Genève et le modérateur et curateur Manuel Fadat.

Centre des arts · Voyage au Centre des arts avec Philippe Garenc

Philippe Garenc, préoccupé depuis son plus jeune âge davantage par le pinceau en train de peindre que la peinture elle-même (qui goutte), diplômé des Beaux-Arts de Toulouse, est aujourd’hui artiste plasticien et designer verrier. Il vit en Lorraine depuis 2005 et il est diplômé du Cerfav en 2007 où il a enseigné les arts visuels, particulièrement la conception et la fabrication assistées par ordinateur.Entre 2013 et 2019, ce spécialiste des nouvelles technologies appliquées au verre et à la création a été responsable du Cerfav Glass Fablab. Depuis 2019, Philippe Garenc assure la fonction de TeachLab Manager à l’Université de Lorraine.« Ce qui nous semble marquant [chez Philippe Garenc], c’est la façon de penser la création en général comme résultat d' »enchaînements processuels », ainsi que son désir de transformation continu. Non pas qu’il soit en quête de nouveauté pour la nouveauté, mais parce qu’il regarde le
monde et l’univers comme mouvement et processus infinis. Les technologies sont là, elles sont donc, entre autres, parties prenantes dans le changement, occasion même d’interroger le changement. Les processus engendrent des processus, il faut donc jouer des processus, et le verre s’y trouve pris, offrant un nombre infini de configurations. Le détail, ainsi, dans chaque production
(y compris les siennes), prend un poids majeur, qui peut être lié à la totalité de l’univers «…

L’inachèvement possible des formes de la matière et de la pensée

(Un texte original de Manuel Fadat écrit en 2019 à l’occasion de la présentation publique de l’oeuvre « Villes invisibles »)

Mets le turbo, ou L’inachèvement possible des formes de la matière et de la pensée : une œuvre métamorphique.

Ce qui vient. Mnémosyne. En volume. En figures. Mnémosyne ? Ce n’est pas uniquement le nom que porte la déesse de la mythologie grecque, personnification de la mémoire, à l’origine présumée des mots et du langage. C’est aussi celui d’un Atlas (inachevé – qu’est ce qui est achevé ?), qui marque le jaillissement d’une discipline, l’iconologie (« science des images », « analyse des images »), mise au point par un grand esprit qui a frappé l’histoire de l’art, Aby Warburg. S’il n’est pas possible d’expliciter en quelques mots la complexité de cette discipline et les enjeux qui en découlent, nous pouvons toutefois grossièrement évoquer un aspect de sa méthode consistant à agencer des images (reproductions) de différentes époques sur une toile noire avant de les photographier.

L’objectif ? Tisser des liens entre ces époques à partir de l’étude des images ou objets, mais plus encore étudier les « formules du pathos » ou « représentations des émotions »1 et leurs survivances dans le temps. Au-delà, ce qui est fondamental, c’est la mise en évidence de ce à quoi des images articulées donnent accès, ce qu’elles nous donnent à voir, à vivre, à imaginer, comment elle nous permettent (traces, souvenirs, engrammes) d’accéder de façon parcellaire aux choses vécues, toutes humaines (passions, peurs, désirs), de nos ancêtres, et d’envisager d’approcher de leur compréhension du monde.

Tout agencement, dispositif, constitué de formes, d’images, de figures, constitue un régime sensoriel à même de « produire », de « provoquer » (roman, peinture, cinéma, installation, dispositif), une connexion avec l’histoire, l’humanité, soi-même. De toute évidence. La spécificité, c’est ce que l’on en fait, pourquoi on le fait.

Il y a du Warburg, chez Philippe Garenc. Du Warburg de partout. Même si cette survivance passe par les cours d’histoire de l’art auxquels il a assisté, la lecture, la sensibilité. Warburg nous traverse un peu tous : nos matières, nos corps, nos esprits. Il vit, avec sa méthode, encore en nous, comme de grandes figures de l’histoire de l’art, par porosité, par suintement, par bruissements, de manière particulaire. Il fait partie de nos couches, de nos strates, tout comme celles des images fantomatiques que PG pioche sur internet, et fait resurgir magiquement par le truchement de l’informatique et des procédés de fabrication numérique, qui font se lever par petites couches fines des objets, des figures, reproduites, voiles durcis d’images numériques provenant elles du réel mais réelles elles-mêmes. Quand à la perte de leur aura, nous aurions tendance à dire : tout dépend de ce que l’esprit du créateur place dans la reproduction, qui devient production, « duction », entité.

Details »

Italo Calvino – « Le monde écrit et le monde non écrit » / « Mondo scritto e mondo non scritto » / « Written World and the Unwritten World » – 1983


Ville(s) invisible(s), cristal coulé et impression 3D PLA – 700 x 400 x 200 mm. Photographie de F. Golfier 2019

 » En un sens, je pense que nous écrivons toujours sur quelque chose que nous ne connaissons pas : nous écrivons pour permettre au monde non écrit de s’exprimer à travers nous.
Au moment où mon attention passe de l’ordre habituel des lignes écrites et suit une complexité mobile qu’aucune phrase ne peut contenir ou épuiser, je me sens proche de comprendre que de l’autre côté des mots, il y a quelque chose qui tente de sortir du silence, signifier à travers le langage, comme abattre un mur de prison « .

Details »